La plupart d’entre nous manque de confiance en soi. Ce sentiment omniprésent de douter de nos capacités, nos compétences, notre intelligence, la réussite de nos projets, enferme notre psyché dans un carcan.

Il est nourri bien souvent par une mauvaise estime de soi.
“Je me sens tellement moche.”
“Je me sens nulle, cruche, idiote.”
“Je ne suis pas sûr de moi, je me méfie de mes réactions.”
“Je me sens vide de l’intérieur.”
“Je n’y arriverais jamais.”
Que de malveillance envers soi devenant un mode de fonctionnement anxiogène et energivore !
Lorsque je me connecte à l’inconscient, coulisse du conscient, je contacte l’enfant intérieur qui ne cesse de vouloir être rassuré, aimé, entendu.

Car bien souvent, l’amour nourricier de la mère et du père a été appauvri par l’absence ou l’insuffisance de tendresse, d’encouragement, d’écoute, d’attention, de complicité. Cette carence affective laisse des traces énergétiques dans le plan émotionnel dans lequel l’adulte se débat quotidiennement à travers une dualité.
Par ailleurs, des mémoires prénatales d’angoisse, de stress provoquant déjà une insécurité amniotique dans le ventre maternel, fragilisent la confiance en soi.
Aussi des souvenirs douloureux d’expériences de l’enfance encombrent et obstruent la force de vie naturelle en chacun de nous.
Le manque de confiance nous empêchant de nous épanouir peut être transmuté en quelques séances de guérison quantique.

C’est un choix de vie, de guérir de ses failles !

Si cet article vous a plu, partagez-le avec vos ami(e)s !